Question de Michèle à Hudson, QC

Est-ce une bonne idée de continuer à remplir les mangeoires des oiseaux pendant l’été ?

Nourrir les oiseaux du voisinage est une activité très prisée qui les aide certainement, surtout en hiver. Décider de les nourrir ou non au cours de l’été est, selon moi, affaire de choix personnel.

En hiver, nourrir les oiseaux du voisinage leur assure des collations très énergétiques. Et en améliorant ainsi leur apport calorique, nous les aidons à passer à travers une période difficile. Toutefois, cette alimentation ne répond pas à tous les besoins de ces oiseaux, et ils continueront à chercher une grande variété de nourriture dans nos jardins et alentour. Durant la majeure partie de leur vie, la plupart des oiseaux chanteurs sont insectivores, mais dans leur jeunesse ils sont exclusivement insectivores. Une recherche a même montré que des espèces que nous pensions herbivores ont besoin de consommer une forte proportion d’insectes pour s’assurer une saine croissance. Ce n’est qu’une fois adultes que leur régime alimentaire se diversifie. Ainsi, les jaseurs d’Amérique se mettront à rechercher des fruits, les colibris à boire du nectar, et les pics et les cardinals à chercher activement graines et noix. Mais la plus grande partie de leur alimentation consistera toujours en une grande variété d’insectes. Ils en ont besoin pour maintenir un niveau de protéine et de gras indispensable à leur santé, ainsi qu’un taux métabolique élevé. Les graines et le suif que nous leur offrons correspondent plutôt aux calories rapides semblables à celles que nous obtenons avec une barre de chocolat. Ni l’un ni l’autre ne sont un régime complet, contrairement à ce que certains ados semblent penser !

La nourriture estivale n’est pas indispensable aux besoins nutritionnels des oiseaux de nos jardins. En revanche, elle est pour nous source de plaisir. Prendre soin des oiseaux du voisinage et pouvoir les observer de près est une activité joyeuse. J’ai un plaisir fou à nourrir les mésanges, sachant surtout que ce sont probablement les arrières, arrières, arrières petits-enfants de celles que j’ai nourries il y a des années. Elles n’ont pas besoin des graines de tournesol que je leur donne en été, mais cette collation rapide leur évite d’avoir à chercher ailleurs cette source d’énergie. Et elles me récompensent de leur chant et de leur présence. Une collègue m’a raconté la charmante histoire d’un vieil homme de sa région qui nourrissait les oiseaux toute l’année, depuis de nombreuses années. Il tomba malade et dut garder le lit pendant plusieurs jours. Les mangeoires finirent donc par être vides. Une mésange entreprenante entra par la fenêtre ouverte de sa chambre et lui tira les cheveux. Toute une façon de se rappeler à son bon souvenir ! Pure coïncidence ?

Si vous décidez de nourrir les oiseaux durant l’été, le tournesol noir et la graine de nigelle sont de bons choix. Pour les pics, une mangeoire d’arachides est également une source alimentaire utile, elle leur offre une collation estivale qui remplace le suif hautement énergétique de l’hiver. Pour les colibris et les orioles, le nectar peut être complété par des liquides sucrés. Enfin, voici une dernière chose à prendre en considération : si vous devez arrêter de nourrir vos oiseaux, par exemple parce que vous déménagez, essayez de le faire en été. L’impact en sera moindre, car vos oiseaux auront le temps d’ajuster leur routine alimentaire en conséquence. Alors que si vous arrêtez en plein hiver, les calories que vous leur apportiez risquent de leur manquer à une époque de l’année où chaque calorie compte.