Question de Monique à Hudson, QC

Je voulais acheter un bain d’oiseaux chauffant, mais j’ai obtenu trop de renseignements divergents. Est-ce vraiment grave si les oiseaux sont mouillés en hiver ? Et quel est, pour moi, le meilleur bain d’oiseaux ?

En été, observer des oiseaux qui profitent d’un bain d’oiseaux me réjouit toujours. Mais offrir de façon sécuritaire de l’eau propre aux oiseaux du voisinage signifie qu’ils peuvent en devenir dépendants. Or, lorsque les gelées commencent, nous arrêtons souvent de leur en offrir, espérant qu’ils en trouveront ailleurs. Les lacs, les ruisseaux, les flaques et parfois la neige leur assurent cette ressource essentielle. Cependant, un bain d’oiseaux chauffant est une vraie gâterie hivernale pour ces oiseaux. Son seul ennui étant qu’il peut créer quelques tracas.

Sa propreté est cruciale. En été, avec une brosse et un tuyau d’arrosage, il est facile de  faire le grand nettoyage hebdomadaire du  bain d’oiseaux, et de le rincer et le remplir dans l’intervalle. Mais en hiver, lorsqu’il gèle, il faut être prêt à sortir avec un seau d’eau. Ce n’est pas une perspective réjouissante par – 20° C.  Le chlore étant d’un usage sûr concernant les oiseaux, c’est une bonne idée de l’utiliser une fois par semaine. Un seau d’eau chaude additionnée de chlore permet de contrôler les germes tels que les coliformes. Mais après avoir lavé le bain à fond avec la solution chlorée, il faut le rincer soigneusement à l’eau fraîche. Je trouve que l’arrosoir est parfait pour ce travail.

On nous rapporte souvent des histoires d’oiseaux trempés à la suite d’un plongeon dans un bain d’oiseaux. C’est un risque réel qui peut être réduit en y ajoutant de grosses pierres. Elles aident les oiseaux de deux façons : premièrement, elles leur permettent de s’y percher et par chance d’y fienter, plutôt que dans l’eau – ce qui aide à prévenir la contamination de l’eau entre deux nettoyages ou de simples changements d’eau ; deuxièmement, elles empêchent les oiseaux de prendre un vrai bain, ce qui par temps très froid écarte toute possibilité de les voir se transformer en « glaçons ».  Cela peut arriver lorsque, par suite de l’évaporation, la quantité de minéraux présents dans l’eau augmente au point d’envahir les plumes et d’anéantir leur imperméabilité.

En été, maintenant que le virus du Nil occidental fait partie de notre environnement, nous devons aussi nous assurer que les bains d’oiseaux n’abritent pas de larves de moustiques. Ce qui implique de rincer le bain au moins tous les trois jours. De plus, réduire les sources d’eau stagnante autour de nos maisons est la meilleure façon de les contrôler. Remarquez, dans notre région il s’agit d’une bataille perdue car nous sommes entourés d’étendues d’eau, dont certaines sont des paradis pour moustiques !

Pour finir, quel est le meilleur bain d’oiseaux ? Il y en a beaucoup de bons, alors la première chose à faire est de décider où vous voulez l’installer, en pensant avant tout à la sécurité des oiseaux. Il faut qu’il y ait aux alentours des arbres et des arbustes afin qu’ils puissent se mettre à l’abri des chats et des prédateurs aériens. Mais s’il s’agit d’un espace ouvert, il faut alors qu’ils puissent voir venir les dangers potentiels. Il faut aussi qu’il soit facile à entretenir. Car s’il est trop difficile d’accès et d’entretien, vous remettrez régulièrement à plus tard son remplissage et son nettoyage…