Les nouvelles du Nichoir, Mars 2021

En 1991, les sœurs Clarke, Marnie et Amy, donnèrent 40 acres de leur ferme d’Hudson, datant du 19e siècle, à Conservation de la nature Canada. Les terrains donnés devinrent la Réserve naturelle Clarke Sydenham « au profit des résidents d’Hudson qui apprécient et goûtent les bois et les champs, les oiseaux et la faune en général. »

Entre-temps, une petite équipe s’était formée pour soigner les oiseaux blessés et orphelins de la région. La nouvelle de ses « bonnes œuvres » se répandit et la demande augmenta au point que les conservatrices à temps partiel décidèrent d’officialiser et de développer leurs activités. C’est ainsi que les activités du Nichoir commencèrent, il y a 25 ans, dans une vieille grange de la partie demeurée privée de la ferme Clarke. Précisons en passant que les frais de location de la grange étaient de 1 $ et deux bouteilles de « bon whisky écossais » par an !

La suite est la remarquable histoire de personnes extraordinaires accomplissant des choses extraordinaires, solidement soutenues par leur communauté.

Aujourd’hui, Le Nichoir est reconnu comme le plus grand centre canadien de son espèce pour les oiseaux chanteurs. Le bâtiment principal abrite une clinique équipée pour la radiographie, une pouponnière pour oisillons, une cuisine pour la pitance des oiseaux, une salle de classe et une aire de réception qui inclut la boutique La Plume Verte. Autour du bâtiment, des volières extérieures abritent diverses sortes d’oiseaux : insectivores, chanteurs, aquatiques, pics ; elles sont au milieu d’un aménagement paysager qui comprend même un potager où l’on cultive des légumes destinés aux oiseaux.

Comme une telle histoire mérite d’être célébrée, restez à l’écoute ! Nous allons en reconstituer les étapes tout au long de nos infolettres de l’année. Celle-ci est la première, en attendant les autres… Nous espérons que vous allez avoir du plaisir à nous suivre !