Les années de la grange – 1ère partie

Lorsque la fondatrice du Nichoir, Lynn Miller, et son équipe ouvrirent pour la première fois les portes de la grange de Marnie Clark, elles durent avoir un choc. C’était en 1996, et des décennies d’abandon avaient lourdement affecté le bâtiment. Le plancher disparaissait sous une couche de foin en décomposition qui, par endroits, montait aux genoux ! Si les animaux de la ferme avaient disparu depuis longtemps, la grange n’en était pas moins habitée par une foule de créatures à fourrure et même par quelques couleuvres.

Nullement découragée, l’équipe se lança dans un grand nettoyage avec l’aide d’une troupe de scouts locale. Brouette après brouette, le foin fut sorti pour faire du compost, et d’autres débris furent brûlés à l’extérieur. Puis, toujours avec l’aide de bénévoles, commença l’aménagement intérieur permettant de recevoir et soigner des patients ailés. Des cloisons furent construites afin de délimiter un espace d’accueil, une clinique, et une volière intérieure suffisamment sûre pour que les ratons-laveurs ne puissent dévorer les patients une fois tout le monde rentré chez soi pour la nuit. Au cours des années suivantes, d’autres améliorations furent apportées à la grange et des volières extérieures furent ajoutées afin d’augmenter et d’améliorer les services de réhabilitation des oiseaux.

Si la grange présentait de nombreux défis, le site offrait quelques atouts naturels. En voici un : un gros tas de fumier s’élevait opportunément juste à côté de la porte arrière ; rebaptisé ‘la mine de vers’, c’était une inépuisable source de nourriture pour les insectivores affamés. Et un ruisseau coulant à travers la propriété permettait de garder des seaux pleins de ménés vivants pour nourrir les oiseaux aquatiques.

Au fur et à mesure que la nouvelle de leur excellent travail se répandit, il devint plus facile de recueillir de l’argent. « Pour les oiseaux » — un souper-bénéfice lancé à la fin des années 90, et rebaptisé par la suite « Les saveurs d’Hudson » — eut un succès immédiat et devint le principal événement de collecte de fonds du Nichoir, jusqu’à sa suspension en 2020 pour raison de pandémie. Mais, comme l’a dit Lynn Miller, le don le plus mémorable date de l’automne 1999, quand une fondation leur octroya 5000 $. L’équipe fit la fête et affecta immédiatement les fonds à l’installation d’une fosse septique qui permit d’avoir une salle d’eau fermée, équipée d’une toilette avec chasse d’eau !