Janette Fauque, Denise Paquette, Lise Sylvestre et Lynn Miller

Janette Fauque, Denise Paquette, Lise Sylvestre et Lynn Miller

Celles que nous appelons les « Quatre fabuleuses » du Nichoir sont Lynn Miller, Denise Paquette, Lise Sylvestre et Janette Fauque. Ces quatre conservatrices bénévoles passionnées d’oiseaux commencèrent à soigner des oiseaux blessés dans les années 80, pour finalement fonder Le Nichoir il y a 25 ans. À l’époque des tout débuts, Lynn était étudiante et les trois autres travaillaient à plein temps. Malgré leurs occupations, elles contribuaient de toutes les manières possibles au sauvetage des oiseaux. Lynn était la chef incontestée, Denise et Lise s’occupaient surtout des soins, tandis que Janette surveillait de près les finances et sonnait vigoureusement l’alarme dès que les fonds s’épuisaient.

En l’espace de quelques années la passion des « Quatre fabuleuses » pour les oiseaux ne fit que croître, au point qu’au plus fort d’une saison 400 oiseaux furent accueillis dans la maison de Lynn où le moindre espace disponible fut utilisé. Ce ne fut qu’après avoir reporté une opération de l’appendicite, afin de reloger d’abord 40 oiseaux « en résidence », que Lynn décida qu’elles allaient s’installer dans la grange de Marnie Clarke, à l’entrée de la Réserve naturelle Clarke Sydenham. À partir de là, les activités ne cessèrent de se développer.

Mais revenons en 2021. Ayant obtenu un doctorat en toxicologie environnementale, Lynn est devenue la Dre Lynn Miller. Elle est retournée dans sa Nouvelle-Zélande natale où elle est directrice générale de l’organisme New Zealand Bird Rescue. Entre le début de sa carrière et aujourd’hui, la réhabilitation de la faune est devenue une profession reconnue et une composante essentielle de la gestion environnementale. Dans ce domaine, Lynn est une chef de file très respectée.

Janette, tout en ne participant plus aux activités quotidiennes, n’en reste pas moins un soutien fidèle qui aide l’équipe du Nichoir de toutes sortes de façons. Lise a obtenu de nouvelles fonctions en Estrie, où elle a déménagé. Et Denise, convaincue comme les trois autres que Le Nichoir était entre les mains expérimentées d’une nouvelle équipe formidable, s’est adonnée à sa passion pour la peinture.

Nous avons récemment parlé à Lynn qui, portant un regard rétrospectif sur le changement d’équipe, nous a dit : « Nous savions toutes que l’organisme avait besoin de sang neuf et d’idées nouvelles ; nous fûmes très heureuses de pouvoir passer à d’autres choses tout en continuant à saluer les incroyables réussites du Nichoir depuis sa création. Nous y sommes encore en esprit, et nous l’applaudissons avec amour et fierté. »